Interpellé par la presse


AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion


Interpellé par la presse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
sawatdee
VIP
VIP
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2398
Age : 34
Localisation : charleroi
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Interpellé par la presse Mar 31 Oct - 3:37
Le ministre de l’Énergie rassure
: les prix du pétrole vont se stabiliser. Et l’Opep pourrait décider
d’une nouvelle réduction de la production en décembre prochain.

Le
ministre de l’Énergie, M. Chakib Khelil, n’a soufflé mot hier sur
l’affaire Brown and Root Condor (BRC), à l’occasion du point de presse
organisé sur la Semaine de l’énergie. Cette joint-venture entre
Sontrach et Brown and Root Condor, filiale de la compagnie américaine
Halliburton, est mise en cause dans une affaire de surfacturation de
contrats relatifs à la réalisation des deux tours abritant aujourd’hui
les sièges du ministère de l’Énergie et des agences hydrocarbures
Alnaft et ARH. Ce dossier, sous instruction, rapporte la presse,
épluché par l’Inspection générale des finances, mettrait la lumière sur
la position dominante que détiendrait cette entreprise sur le marché
des services pétroliers en Algérie. Elle aurait raflé les principaux
contrats allant jusqu’à obtenir de grands projets de la défense
nationale, rapportent les mêmes sources. De quelle manière ? C’est la
grande interrogation que doit élucider la justice, selon ces sources.
Gêné
sans doute par cette affaire, le ministre a préféré le silence, en
guise de réponse à une interrogation de la presse, sur ce supposé
scandale.
Opep :
l’Algérie réduira sa production de 59 000 barils/jour. Pour un
responsable de Sonatrach, la compagnie pétrolière nationale n’a pas
confié le marché du nouveau train de Skikda de gré à gré à BRC.
D’abord, Sonatrach a traité avec Kellog Brown and Root (KBR), la
société mère et non avec BRC Algérie dont le P-DG est Abdelmoumène Ould
Kaddour. Le consortium KBR/JGC a été retenu après une large
consultation internationale, selon ce même responsable. Les
négociations sont toujours en cours entre Sonatrach et ce groupement.
Le contrat serait attribué vers la fin de l’année.
Tel semble être la version de Sonatrach. Affaire à suivre donc.
Sur
l’évolution des prix du pétrole, le ministre de l’Énergie rassure : le
marché va se stabiliser. Les prix du pétrole vont se maintenir autour
de 60 dollars et pourraient même remonter au début de l’hiver. Le
ministre n’exclut pas une nouvelle réduction du plafond de production
de l’organisation, lors de la réunion de l’Opep prévue le 14 décembre
au Nigeria si la dernière décision n’est pas suffisante. L’Algérie va
réduire sa production de brut de 59 000 barils/jour à partir du 1er
novembre, par rapport à sa production de septembre, soit 1 460 000
barils/jour (production actuelle), à l’instar de l’Arabie Saoudite, des
Émirats et du Koweït, en attendant les autres pays membres. Optimiste,
le ministre de l’Énergie affirme que le marché va prendre au sérieux la
décision de l’Opep. Cette dernière avait décidé de baisser le plafond
de production de 1,2 million de barils/jour. Il convient de rappeler
que les prix du pétrole ont chuté de plus de 20% depuis août 2006. Les
marchés sont devenus sceptiques. Ils mettent en doute les intentions
des pays membres de l’organisation de réduire leur production.[/size]
Khelil
confirme les conclusions du FMI : chute des exportations
d’hydrocarbures. En réponse à une question de la presse, le ministre a
indiqué que les exportations ont baissé en quantité, en raison de la
progression de la demande locale en produits raffinés et en gaz. La
production des hydrocarbures, elle, a augmenté, surtout celle du
pétrole et du gaz. Mais les exportations de produits raffinés ont
baissé. Ce qui semble confirmer les conclusions de la mission du FMI à
Alger selon lesquelles la croissance économique en Algérie va chuter en
Algérie (croissance de 3%) en 2006 en raison de la baisse de production
du secteur des hydrocarbures. Il s’agit en fait, selon le ministre,
d’une baisse dans la commercialisation des hydrocarbures, en clair des
quantités exportées.
>Vers
une recette de 52 milliards de dollars en 2006. En valeur, elles sont
en hausse. En effet, les recettes tirées des exportations hydrocarbures
évoluent à un rythme de plus de 4 milliards de dollars en 2006. Si les
prix du pétrole se maintiennent en novembre et décembre, l’Algérie va
engranger 52 milliards de dollars en 2006. Ce qui constitue un nouveau
record. À fin septembre, les recettes tirées des exportations avaient
atteint 40 milliards de dollars.
Revenir en haut Aller en bas
http://les-predators-nty.forumactif.com

Interpellé par la presse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Upload tes images

Merci de bien vouloir respecter les règles suivante : Générales | Présentations | Commandes | Faq .

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valange-Design © :: < Communauté | Discussions | Divers > :: Actualités & infos :: Economie -
Bookmark and Share