Valange-Design ©
Welcome sur valange-design

Pas encore inscrit ???

Ben qu'attendez vous pour nous rejoindre et découvrir ce que vous ne pouvez pas voir en tant qu'invité ??



 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Sujets similaires
Sondage
Design V4
Je préfèrais la V3
7%
 7% [ 9 ]
J'aime pas
4%
 4% [ 6 ]
J'aime bien
10%
 10% [ 14 ]
J'adore
13%
 13% [ 17 ]
Je trouve ca magnifique
66%
 66% [ 88 ]
Total des votes : 134
Navigation

Forum

Connexion

Déconnexion

S'inscrire

Rechercher

Championnat

Topsite

Bienvenue dans le monde de Valange
http://www.macromedia.com/go/getflashplayer" src="http://img102.imageshack.us/img102/6981/lecteurmp37ho.swf" width="380" height="85" type="application/x-shockwave-flash" quality="high">

USA: 35 ans de prison pour rien!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
felix08
Graphiste
Graphiste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1198
Age : 35
Localisation : Ici et là
Humeur : :)
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: USA: 35 ans de prison pour rien! Jeu 24 Déc - 23:12


Il vient d’être déclaré innocent. Ce sont des tests ADN qui ont démontré sa non-culpabilité.
L’homme en question s’est battu durant 35 ans pour que les juges révisent son procès.
Chose faite et remboursement à la clef.

James Bain avait 19 ans, lorsqu’il fut jeté en prison pour le viol d’un enfant.
Condamné à la perpétuité, le sixième test ADN demandé l’a disculpé.
Il ressort libre à 54 ans! Le juge notifie enfin l’acte: 'vous êtes libre, félicitations'. Applaudissements dans la cour, James Bain tombe dans les bras de son avocate.


James Bain et son avocat à l'annonce de sa remise en liberté. Crédits photo: AP

Indemnités de 1,75 M€
En 1974, il était accusé de viol sur un enfant de neuf ans.
C’est la prison à vie. Le tribunal accède à sa requête après cinq tentatives de requalifier son procès en effectuant des tests ADN. Il est officiellement innocenté. À la sortie du tribunal, James Bain rejoint ses proches, parle à sa mère au téléphone portable, appareil qu’il découvre pour la première fois.

L’homme est serein, il porte son tee-shirt 'Not guilty'.
Il va toucher 50.000 dollars d’indemnités par année de prison. Au total, James Bain recevra 1,75 M€. 'Je n’imagine pas ce que cela représente' souligne-t-il, 'la seule chose qui compte pour moi, c’est ma famille'.


Détails de l'affaire
Après avoir passé trente-cinq ans derrière les barreaux pour un crime qu'il a toujours nié, James Bain est enfin libre.
En 1974, un tribunal américain l'avait condamné à la prison à perpétuité pour l'enlèvement et le viol d'un enfant. Après plusieurs tentatives infructueuses, la justice de Floride a accédé à sa demande d'une expertise ADN, qui l'a finalement innocenté. «Je ne sens aucune rancœur», a-t-il déclaré jeudi à la presse. «Je rentre à la maison avec ma famille».

Agé de dix-neuf ans à l'époque des faits, Bain avait été condamné en grande partie grâce au témoignage de la victime de neuf ans qui l'avait reconnu parmi une série de photo présentée par les policiers, sans que l'on puisse savoir si le garçonnet avait été influencé d'une façon ou d'une autre par les enquêteurs.
James Bain avait toujours nié les faits, expliquant qu'il regardait la télévision avec sa sœur jumelle au moment de l'agression, mais le jury ne l'avait pas cru.

Il doit sa libération à Innocence Project of Florida, une structure qui se bat contre les erreurs judiciaires.
Depuis 2001, une loi de Floride permet de rouvrir des affaires pour pratiquer des analyses ADN. Au début de l'année, l'association reprend son dossier et parvient à obtenir les fameux tests qui lui avaient été refusés à plusieurs reprises. Des 245 condamnés que l'association a contribué à faire libérer, il est celui qui a passé le plus de temps en détention.

«Monsieur Bain, je vais signer cette ordonnance, vous êtes maintenant un homme libre», a déclaré le juge sous les applaudissements de la salle. A cinquante-quatre ans, il a utilisé pour la première fois un téléphone portable, pour annoncer la nouvelle à sa mère.
Il percevra une indemnisation du gouvernement de 1,75 millions de dollars, 50.000 dollars pour chaque année passée en prison. Mais pour l'instant, ses rêves sont simples : du soda, du poulet frit, et peut-être, reprendre ses études.